Rechercher dans ce blog

jeudi 7 mars 2013

Paul Eluard, Poésie, amour et liberté



Du 2 février au 26 mai a lieu à Evian-les-Bains au Palais Lumière une exposition sur Paul Eluard intitulée "Paul Eluard, Poésie, amour et liberté"

Evian-les-Bains, le Palais Lumière

Le parcours de cette exposition se fait en 7 étapes :
- De Grindel à Eluard : l'enfance du poète à travers des photos et ses premiers poèmes signés sous son véritable nom : Eugène, Emile, Paul Grindel (il a ensuite pris le nom de sa grand-mère "Eluard")
- Le Surréalisme : on peut voir les cadavres exquis de l'auteur illustrés par Max Ernst.
- Ses amis peintres : Eluard avait de nombreux amis et non des moindres : Picasso, Man Ray, Léger... quelques-unes de leurs oeuvres sont exposées.
- Les arts sauvages : il s'agit ici de la collection personnelle de Paul Eluard (masques et statuettes africains, océaniens et amérindiens).
- Picasso, l'Espagne et Guernica : les deux artistes étaient très proches, Picasso a illustré des recueils du poète et celui-ci a accompagné le travail du peintre et a mené des conférences sur son ami.
- Poète et féministe : Gala, Nusch et Dominique ont successivement vécu avec Paul Eluard et elles l'ont influencé dans son art. Chaque recueil met l'une ou l'autre en valeur.
- Liberté : Le poème "Liberté" connu de tous est le symbole de la résistance, il a été traduit dans plus de dix langues et illustré de manières très diverses.

Eluard et Picasso sur la plage de Juan-les-Pins

J'ai beaucoup aimé cette exposition en particulier la partie "poète féministe" où l'on voit des photos d'Eluard en compagnie de Gala, Nusch ou Dominique. Chacune l'a inspiré à sa manière. Je retiens particulièrement une photo sur laquelle le poète et Nusch posent au soleil, l'ombre d'une canisse "zèbre" les amoureux, Nusch est radieuse. De grands panneaux sur lesquels des poèmes sont imprimés parcourent la salle. . C'est une exposition qui est très axée sur la vie de l'auteur (on peut même voir son bureau), peut-être un peu trop, les photos d'Eluard bébé n'ont pas beaucoup d'intérêt. De nombreux manuscrits sont exposés, c'est très intéressant car on peut voir les ratures, les hésitations de l'auteur sur l'utilisation de tel ou tel mot, parfois, c'est le sens complet d'une phrase qui est modifié, je trouve que voir les manuscrits donnent une âme à un texte, c'est très émouvant. L'exposition est tellement riche que j'y retournerai sans doute car je n'ai pas pu tout voir ni tout lire.
Lundi soir a lieu une conférence sur le dadaïsme dans l'art et la littérature, je suis inscrite, petit compte rendu donc sur ce blog mardi.

Je ne peux pas terminer ce billet sans citer ce poème :

Liberté
Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J'écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J'écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l'écho de mon enfance
J'écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J'écris ton nom

Sur tous mes chiffons d'azur
Sur l'étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J'écris ton nom

Sur les champs sur l'horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J'écris ton nom

Sur chaque bouffées d'aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J'écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l'orage
Sur la pluie épaisse et fade
J'écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J'écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J'écris ton nom

Sur la lampe qui s'allume
Sur la lampe qui s'éteint
Sur mes raisons réunies
J'écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J'écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J'écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J'écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J'écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J'écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J'écris ton nom

Sur l'absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J'écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l'espoir sans souvenir
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté
Paul Eluard
in Poésies et vérités, 1942
 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à laisser votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans l'encadré.
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire".
Sinon vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par "Nom/URL"
3) Enfin, cliquez sur "Publier".
Voilà, c'est fait !
Et un gros MERCI !