Rechercher dans ce blog

lundi 4 mars 2013

Les deux messieurs de Bruxelles - Eric-Emmanuel Schmitt

 Les Deux messieurs de Bruxelles est un recueil de cinq nouvelles d'Eric-Emmanuel Schmitt, auteur que j'aime beaucoup. Toutes ces nouvelles ont un rapport avec l'amour, mais pas forcément l'amour conjugal, elles parlent aussi de l'amour pour un animal, de l'amour de l'Homme etc. mais ce n'est qu'après avoir rédigé ces nouvelles que l'auteur s'est aperçu de ce thème commun, comme il l'écrit dans sa "note aux lecteurs" à la fin de l'oeuvre : "Une chose m'étonne depuis mes début : je ne saisis la cohérence de mes textes qu'à posteriori. L'unité n'est pas voulue, mais découverte. Phrases, personnages, situations, histoires s'avèrent un jus qui s'échappent de mon cerveau.
Rêverait-elle de bourgogne ou de bordeaux, une vigne de beaujolais ne peut donner que du beaujolais."

Je ne suis jamais déçue avec E.-E. Schmitt, encore une fois, j'ai adoré son livre. Conformément à l'esthétique de la nouvelle, l'écriture de ces histoires est dynamique et la chute souvent très surprenante. La nouvelle que j'ai préférée est "Le chien" : il s'agit de l'histoire d'un homme, Samuel Heymann, qui vit depuis toujours avec un beauceron nommé Argos, dès que son beauceron meurt, il en adopte un autre qu'il nomme Argos et ainsi de suite depuis de nombreuses années. Un jour, son chien se fait renverser et l'homme se suicide. Pourquoi après la mort de celui-ci, parfaitement identique aux autres beaucerons qu'il a eu dans sa vie ? Le narrateur, ami de Samuel, finit par le comprendre. J'ai aussi beaucoup aimé la nouvelle "Ménage à trois" qui raconte la drôle d'histoire d'une femme qui, après la mort de son mari, se met en ménage avec un autre homme qui n'arrête pas de parler de l'ancien mari...Je ne peux pas en dire plus !

Voici un extrait de la nouvelle "Le chien" :

"  Miranda, quel rapport entreteniez-vous avec les chiens de votre père ?
Elle soupira, soulagée que j'aborde l'essentiel. Achevant sa tasse de café, elle appuya son dos au fond de son siège et m'observa.
- Papa n'a eu qu'un chien à la fois. Un beauceron appelé Argos. J'ai cinquante ans aujourd'hui et j'en ai connu quatre.
- Pourquoi un beauceron ?
- Aucune idée.
- Pourquoi Argos ?
- Idem.
- Et vous ? Qu'en pensiez-vous ?
Elle hésita, guère habituée à formuler ces sentiments-là mais désireuse d'y parvenir.
- Je les ai tous aimés. Aimés passionnément. D'abord, c'étaient de bons chiens, boute-en-train, affectueux, dévoués. Et puis ils étaient mes frères, mes soeurs..."

 

6 commentaires:

  1. Je crois que "Ménage à 3" est également ma préféré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La dernière phrase de cette nouvelle est excellente !

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup aimé ce recueil aussi. Ma nouvelle prêférée est aussi Le chien.

    RépondreSupprimer
  3. Cette nouvelle est très belle !

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à laisser votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans l'encadré.
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire".
Sinon vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par "Nom/URL"
3) Enfin, cliquez sur "Publier".
Voilà, c'est fait !
Et un gros MERCI !