Rechercher dans ce blog

samedi 31 janvier 2015

Le Royaume de Kensuké - Michael Morpurgo


Michael est un jeune garçon de 12 ans. Il mène une vie ordinaire avec ses parents, passionnés de navigation et sa chienne Stella Artois. Malheureusement, un jour, ses parents sont licenciés et ne retrouvent pas de travail. Son père a alors une idée : toute la petite famille embarque sur Peggy Sue, le bateau devient leur nouvelle maison. Tout se déroule pour le mieux dans cette nouvelle aventure, les personnages font escale en Afrique du Sud, en Australie... Cependant, une nuit, Michael passe par dessus-bord par accident avec sa chienne. Ils se retrouvent tous les deux sur une île en plein milieu de l'océan Pacifique... mais cette île n'est pas inhabitée : un vieux monsieur, Kensuké y réside ...

Ce roman de littérature jeunesse, destiné aux 10-14 ans, est à la fois un roman d'aventure et un roman initiatique. On y retrouve les motifs de la robinsonnade : une île perdue, la survie, la rencontre avec l'autre ...
J'ai beaucoup aimé cette lecture car non seulement l'intrigue est intéressante, mais l'écriture de Morpurgo est à la fois très claire, accessible aux enfants et adolescents mais elle est aussi très élégante . Ce sont, je pense, les ingrédients qui font qu'un roman de littérature jeunesse est de qualité.
Kensuké, le vieux monsieur japonais, a connu la Seconde Guerre Mondiale, son récit sur cette période de sa vie est à la fois pudique et émouvant. La fin du roman est, elle aussi très belle.

L'éditeur, Gallimard, collection Folio junior, a réalisé une très belle édition de l'ouvrage : tout d'abord, le papier glacé contribue à rendre la lecture agréable, de plus, François Place a réalisé de magnifiques illustrations.


Il s'agissait pour moi du premier roman de Michael Morpurgo que je lisais, j'ai très envie maintenant de découvrir ses autres œuvres comme L'Etonnante histoire d'Adolphus Tips.

Voici un extrait du roman, Michael vient de tomber à l'eau :

"Des vagues de terreur m'envahirent les unes après les autres. Les lumières de la Peggy Sue avaient disparu dans l'obscurité de la nuit, me laissant seul dans l'océan, seul avec la certitude que mes parents étaient déjà trop loin, qu'ils ne pourraient plus entendre mes appels au secours. Puis je pensai aux requins qui fendaient l'eau noire, en dessous de moi - ils me flairaient déjà, étaient sur mes traces, se dirigeaient vers moi - et je compris qu'il ne me restait aucun espoir. Je serais mangé vivant. Ou bien je coulerais lentement. Rien ne pourrait me sauver.
Je fis du surplace dans l'eau, essayant désespérément de découvrir dans l'obscurité impénétrable une chose vers laquelle nager. Il n'y avait rien."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à laisser votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans l'encadré.
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante "Commentaire".
Sinon vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par "Nom/URL"
3) Enfin, cliquez sur "Publier".
Voilà, c'est fait !
Et un gros MERCI !